• Temps Partiel
  • Temps Plein
  • Marseille

Hopital Edouard Toulouse/JUST

☀️ Marseille ! Du soleil, des calanques, de l’espoir et des pratiques innovantes en psychiatrie ! ☀️

Vous êtes psychiatre ou pédopsychiatre (docteurs / docteurs juniors) ? Vous voyez du sens à transformer la psychiatrie publique ? Vous êtes à l’aise pour travailler dans différents contextes de précarité et de multiculturalité ? Alors je vous invite à lire ce qui suit !

L’association JUST s’associe au CH Edouard Toulouse (CHET) pour déployer le modèle innovant Open Dialogue (OD) sur l’ensemble d’un pôle de psychiatrie adulte (regroupant deux secteurs) et sur une future équipe mobile transversale pour les adolescent-es.

Présentation de l’OD

L’Open Dialogue est une approche qui a été développée en Finlande, à partir de 1980, pour accompagner les personnes en crise psychique et leur entourage. Le déploiement de l’OD figure parmi les recommandations de l’OMS pour 2022-2030, et fait partie des actions priorisées sur le département dans le cadre du PTSM. Les résultats des premières études sont encourageants : diminution du taux de rechute et des prescriptions médicamenteuses, retour à une vie sociale active (Seikkula et al., 2006; Bergström et al., 2018).

Il s’agit d’une approche profondément humaine et inspirante, orientée vers le rétablissement et l’empowerment des personnes. Tout au long de la prise en charge – et même dans les situations de crise -, les professionnels vont susciter et entretenir un dialogue ouvert et horizontal avec les usager-es et leurs aidant-es. Parmi les principes phares : la mobilité, l’aide immédiate, la continuité psychologique, le travail avec les émotions… mais aussi la tolérance à l’incertitude qui implique de se défaire de sa posture de sachant pour faire confiance, aussi, à l’expertise des personnes concernées.

Envie d’en savoir plus sur l’approche ? Tout en bas, vous trouverez des liens vers un podcast et des articles scientifiques.

Contexte hospitalier

Cette approche attire aujourd’hui le CHET qui traverse une période de crise, avec une vraie pénurie de médecins. En cause : la désertification médicale en France, mais aussi le manque d’attractivité particulier du CHET. L’hôpital dessert les territoires les plus pauvres de Marseille (quartiers Nords et 3ème arrondissement, par exemple) où le délabrement des services publiques est exceptionnel en France. Des médecins sont partis pour des raisons diverses (dont la retraite) et personne n’a souhaité les remplacer. Vous imaginez alors le cercle vicieux que cela a entraîné au sein de l’hôpital : dégradation de la qualité des soins pour les usager-es, tout comme des conditions de travail pour les soignant-es.

Aujourd’hui, il y a urgence. On ne peut décemment pas abandonner tout un territoire au prétexte qu’il est difficile.

C’est dans ce cadre que la CME et la direction envisage une transformation majeure de l’offre de soins du CHET, avec le déploiement d’une équipe mobile de crise par pôle.

« C’est dans les périodes de crise – comme celle que traverse l’hôpital psychiatrique – qu’il y a l’espace de réinventer » Maëva Musso, docteur junior en psychiatrie, fondatrice de l’asso UP qui développe l’OD à Paris

Pour sa phase d’expérimentation, le montage sera accompagné par l’association JUST étant donné son expérience dans l’ingénierie de projets similaires, mais aussi sa capacité à “aller vers” les publics dits vulnérables. Par ce biais, l’équipe sera épaulée par des habitant-es des quartiers ayant eux-mêmes une expérience personnelle de la psychiatrie (médiateur-rices de santé pair-e, MSP). La présence des MSP favorisera le repérage, la création et le maintien d’un lien à la fois social et thérapeutique, mais aussi l’animation d’une gouvernance participative. Car dans ce projet, l’habituelle hiérarchie médicale laissera place à un cadre de travail plus horizontal entre l’ensemble des professionnels (médecins, infirmier-es, travailleur-euses sociaux, interprètes, MSP, psychologues), les usager-es et les aidant-es. L’ensemble du pôle et de l’équipe mobile ado sera formé et accompagné dans la mise en oeuvre de l’OD.

Si vous êtes intéressé-e par un poste de psychiatre, de pédopsy* ou de DJ, vous pouvez envoyer votre candidature  ou appeler directement pour en discuter :

Saphir Desvignes
Ingénieure de santé publique
Coordinatrice du projet à JUST
saphir.desvignes@gmail.com
Tél. : 07 65 87 01 49

Pour postuler, envoyez votre CV et votre lettre de motivation par e-mail à saphir.desvignes@gmail.com