l'INTERNAT

Toutes les informations ville par ville

Une des particularités de l’internat est son organisation en subdivisions et inter-régions.

En psychiatrie, chaque subdivision (qui correspond à une région avec CHU principal et des hôpitaux périphériques) est sous la responsabilité de son coordinateur de DES, qui décide du programme et des modalités de la formation de ses internes : cours obligatoires, séminaires, journées de formation, supervisions, tutorat… Cette organisation régionale entraîne une grande diversité de formations possibles. 

Il existe par ailleurs des regroupements de certaines subdivisions en inter-régions, ce qui peut permettre la mutualisation de certains cours ou séminaires, mais également des échanges (stages interCHU par exemple) facilités au sein de l’inter région :

 

Région Ile-de-France – 1 seule subdivision : Paris

Inter région Nord-Est  – 4 subdivisions : Strasbourg, Nancy, Besançon, Dijon, Reims

Inter région Nord-Ouest – 4 subdivisions : Rouen, Caen, Lille, Amiens

Inter région Rhône-Alpes Auvergne – 5 subdivisions : Grenoble, Lyon, Saint-Etienne, Clermont-Ferrand 

Inter région Grand Ouest – 6 subdivisions : Angers, Brest, Rennes, Nantes, Tours, Poitiers

Inter région Sud – 3 subdivisions : Aix-Marseille, Nice, Montpellier

Inter région Sud-Ouest – 4 subdivisions : Océan Indien, Bordeaux, Toulouse, Limoges

Région Antilles-Guyane – 1 seule subdivision : Antilles Guyane

 

Vous retrouverez tous les détails de ce découpage géographique sur le site de l’ISNI

Une partie importante de la formation théorique lors de l’internat de psychiatrie repose sur les séminaires optionnels (cycle de cours sur une thématique choisie) proposés par nos universités. Le nombre et la diversité des séminaires varient en fonction de chaque subdivision. Ces séminaires sont consacrés à tous les domaines de la psychiatrie : il en existe plus de 400 différents dans toute la France !

Pour choisir vos séminaires vous trouverez une liste détaillée dans la description de chaque ville sur notre site, ou bien sur les sites internet des associations locales.

1. Diversité clinique,

puisqu’elle offre une sémiologie d’une grande richesse, que l’on explore jour après jour au fil de son internat et de la multitude des patients que l’on rencontre. D’autre part, tous les âges de la vie sont abordés de la naissance, et même avant (travail de la parentalité et de la périnatalité), jusqu’à la personne âgée.

2. Diversité dans ses approches :​

La démarche médicale y est fondamentale : analyse sémiologique, hypothèses diagnostiques et élimination des diagnostics différentiels, discussions autour des choix thérapeutiques, prise en charge de ses effets secondaires et des pathologies associées ; mais s’agrémente au quotidien de questions éthiques, socio-culturelles, de débats de société. Sur le plan thérapeutique, on retrouve la pharmacologie bien sur, avec le maniement complexe des psychotropes, mais également le champ très vaste des psychothérapies : des courants psychanalytiques, aux thérapies cognitivo-comportementales, en passant par les thérapies systémiques, la phénoménologie, le psychodrame. Chacun, patient et psychiatre, trouvera chaussure à son pied !

3. Diversité dans les pratiques :​

Secteur public, privé, libéral, médico-social, équipes mobiles, activité d’expertise, psychiatrie de secteur, urgence, liaison, addictologie, pédopsychiatrie, unités mères/ bébés, périnatalité, parentalité, psychiatrie de la personne âgée, ethno-psychiatrie, SMPR (Service Médico-Psychologique Régional pour les détenus), UHSA (Unités d’hospitalisation Spécialement Aménagées pour les détenus), UMD (Unités pour Malades Difficiles), psycho-oncologie dans les centres de lutte contre le cancer,… Un tel éventail de possibilités laisse à chacun un large choix dans l’orientation de sa carrière. A l’issue de l’internat, les postes d’assistants et de praticiens hospitaliers sont faciles d’accès, partout en France. L’accès au clinicat est variable, selon les villes et les années, mais n’est pas obligatoire à la validation du DES.

4. Diversité dans la recherche :​

Secteur public, privé, libéral, médico-social, équipes mobiles, activité d’expertise, psychiatrie de secteur, urgence, liaison, addictologie, pédopsychiatrie, unités mères/ bébés, périnatalité, parentalité, psychiatrie de la personne âgée, ethno-psychiatrie, SMPR (Service Médico-Psychologique Régional pour les détenus), UHSA (Unités d’hospitalisation Spécialement Aménagées pour les détenus), UMD (Unités pour Malades Difficiles), psycho-oncologie dans les centres de lutte contre le cancer,… Un tel éventail de possibilités laisse à chacun un large choix dans l’orientation de sa carrière. A l’issue de l’internat, les postes d’assistants et de praticiens hospitaliers sont faciles d’accès, partout en France. L’accès au clinicat est variable, selon les villes et les années, mais n’est pas obligatoire à la validation du DES.

5. Diversité dans la formation :​

Chaque subdivision d’internat a ses spécificités, et un large choix de DU/DIU existe sur le plan national, pour enrichir d’avantage votre formation.

En conclusion

Si vous souhaitez une spécialité tournée vers l’humain, riche, complexe, résolument tournée vers l’avenir, et dans laquelle il y a toujours de quoi faire, n’hésitez plus : la psychiatrie est faite pour vous !

Localisation internats

close
Pop-Up-Illustration-Actu

S'abonner à notre newsletter

Pour ne rien rater de l'actu !